Hoshi Onsen Chojukan, Japon

Visité en : octobre 2018
Tarif : à partir de 220€ la chambre double
Bon plan : n/a
Site officiel : http://hoshi-onsen.com/english/ 

J’en avais déjà parlé lors d’un précédent test, j’adore les ryokans. Rien de tel que de loger dans ces pensions de famille à l’ancienne pour ressentir toute l’histoire et l’authencité du Japon. Et celui présenté dans le test d’aujourd’hui est, disons-le d’emblée, exceptionnel. Niché au cœur de la forêt en altitude, loin de toute civilisation, surplombant une rivière et doté de plusieurs bains chauds à l’ambiance divine, ce fut l’un des points d’orgue de notre périple asiatique d’octobre dernier.

image00062

 

Pour dormir ici, il faudra le vouloir et le mériter. Le Hoshi Onsen Chojukan se situe loin de tout, à 5 heures de route au nord de Tokyo en pleine forêt (dans la préfecture de Gunma). Il n’est donc pas accessible par le train, et nécessitera de louer une voiture et de rouler pas mal de temps sur des routes de montagne. Attention, en hiver, le ryokan est régulièrement recouvert de neige (ce qui lui confère aussi beaucoup de charme, on avoue).

image00073

Mais chaque inconvénient a son avantage, et on appréciera le cadre verdoyant du ryokan qui est organisé comme un mini village, avec sa rivière, sa roue à aube, son environnement calme et paisible, son petit temple et plusieurs sentiers de promenade à proximité.

image00061

On appréciera aussi le confort du lieu, avec le WiFi gratuit, la boutique de souvenirs locaux et la pension complète, qui fait que vous n’aurez besoin de rien à part un bon livre. Le lieu idéal pour passer un weekend de pure détente en famille, on comprend que les japonais en raffolent !

Arrivés sur place, nous constatons avec plaisir que nos hôtes parlent (ou baragouinent ) l’anglais. Ce n’est pas le cas de tous les employés, mais le patron qui nous fait le tour du propriétaire manie bien cette langue et nous n’avons aucun problème pour nous faire comprendre. A notre arrivée, tout est prêt, nous laissons nos chaussures au vestiaire et enfilons nos pantoufles.

Ce ryokan est assez imposant, il doit y avoir au moins 50 chambres répartis dans trois ailes différentes. On a donc plaisir à déambuler ça et là pour explorer le lieu. Les espaces publics sont vastes, comme le hall d’entrée par exemple, avec ses petits salons de thé à l’ancienne attenants, sa boutique de souvenirs… il y a aussi des petits salons de repos et de lecture, ainsi que des distributeurs de nourriture. Et malgré la taille, il est rare de croiser du monde.

Pour rejoindre les différentes ailes ou les bains chauds, nous empruntons des couloirs vitrés qui enjambent la rivière tel un pont de Poudlard. L’ambiance est vraiment super pour les amateurs. Sur les murs, pleins d’artefacts ou de photos historiques, accrochés ou sous vitrine. Le lieu fait un peu penser à un musée, on peut passer du temps à tout regarder !

Arrivés devant notre chambre, nous découvrons un petit sas pour laisser nos pantoufles, avant de rentrer marcher sur des tatamis. Surprise, la chambre dispose de sa propre salle de bains, ce qui n’est pas une habitude. Pas de douche, mais des toilettes et lavabo séparés avec l’essentiel pour se laver. Pour les douches on devra profiter des installations dans les onsens, ce qui n’est pas plus mal (mais peu idéal si vous êtes pudiques).

La chambre est typique et constituée du minimum, avec des matelas et couettes à même le sol, une petite table, une télévision, et un espace/vestibule séparé pour laisser les valises. Il y a aussi un mini frigo. Autre surprise, la chambre a son petit jardin d’hiver personnel, une sorte de terrasse privative en intérieur avec deux fauteuils et une table basse, le tout donnant sur la rivière. Très sympa à la lueur du soleil…

Reste la contrainte de devoir dormir à même le sol, comme font beaucoup de japonais, ce qui n’est pas du plus grand confort avouons-le. Cette fois, pas de mauvaise surprise, j’ai dormi sans bouger et n’ai pas subi de torticolis au réveil ! C’était peu confortable certes, mais je n’ai pas eu froid et j’ai pu dormir. A noter que nous avons croisé une petite bête se promenant sur les draps, mais ces choses-à arrivent en pleine nature…

Les repas sont réglés comme du papier à musique. On vient vous chercher à une heure précise, et tout le monde dîne ensemble dans la salle à manger (mais à des tables séparées). Il est de tradition de laisser tomber les vêtements et porter le Yukata, la robe de chambre traditionnelle.

image00043

Le repas (inclus lors de notre réservation) propose un menu fixe, ainsi que des boissons à la carte. Attention la nourriture est vraiment exotique et ne parlera pas aux occidentaux, préparez-vous à la découverte… le choix est limité pour les végétariens et encore plus pour les vegans, soyez prévenus. Quand aux autres, il est très possible qu’ils n’aient pas très faim au regard de ce qui est servi. Le serveur était très gentil, désolé de ne pas pouvoir répondre à nos contraintes, mais il amenait néanmoins tout sur la table alors qu’on lui disait que ça partirait à la poubelle. Dommage, c’était gaspiller la nourriture,mais les japonais ne sont pas habitués qu’on ne mange pas ces denrées de luxe !

Pour le petit déjeuner, cela est dans la même veine, une nourriture très atypique mais clairement saine. Le tout se compose de bouillon, de riz, de poisson cru et grillé, d’œuf, d’algues… là encore, il faut se lâcher ! Cela vaut le coup.

Mettons maintenant la lumière sur l’un des points forts de ce ryokan, les onsens (ou bains chaud). Il y en a trois, et si ils sont globalement ouverts 24h/24, des créneaux sont réservés aux hommes, aux femmes, ou en accueil mixte. Chacun y trouve son compte ! Nous avons donc pu en tester deux différents ce soir là.

image00005

Le premier était tout en intérieur dans une sorte de grand hangar en bois. Il donne l’impression de revenir un siècle en arrière, dans une vieille scierie ou écurie repositionnée. Les bains chauds proviennent d’une source volcanique naturelle, et leur lumière tamisée, leurs poutres apparentes et leurs cailloux au fond de l’eau confèrent au lieu un sentiment d’évasion, d’apaisement et de détente.

La seconde était encore plus belle : après un bassin en intérieur simple mais sympathique, dans un cadre tout en bois, les bassins se prolongent en extérieur avec des cailloux au fond de l’eau, des rochers et arbres entourant le lieu, avec une cascade d’eau chaude plongeante et sous laquelle on peut s’asseoir. Imaginez-vous détendre ici, au clair de lune, avec un ou deux voisins qui respectent votre silence voire votre méditation. Une ambiance paradisiaque, dans un lieu où l’on pourrait traîner des heures.

Le troisième onsen était réservé aux femmes ce soir-là, et nous n’avons pas le tester (nos compagnes ont dit que c’était sympa). D’après les photos c’était peut-être le moins attractif, donc pas de regrets. Tous les onsens disposent de leurs douches à l’ancienne (où on s’asseoit sur un tabouret à côté de son voisin pour se laver à l’aide d’un seau), de casiers pour se changer et d’un espace pour se pomponner après un bon bain.

Conclusion

Le ryokan reste une expérience à vivre une fois au Japon, et celui-ci nous a conforté dans ce choix pourtant « difficilement » accessible. Les voyageurs non avertis pourront trouver l’endroit vieillot (oui, nous avons croisé une énormé araignée sur un mur dans un couloir…), la literie peu confortable, et la nourriture peu ragoutante car totalement éloignée de nos critères européens. Mais en ouvrant les yeux et en prenant sur soi, on découvre une auberge authentique, bien décorée, très propre et bien entretenue, au service impeccable et à l’ambiance unique. Pour les férus d’immersion, de découverte et d’aventure, le ryokan reste une expérience à vivre.

On a aimé…

  • Le cadre paisible en pleine nature, isolé de tout
  • L’architecture et la décoration authentiques
  • Des installations très cosy et reposantes
  • Les toilettes dans la chambre
  • Des chambres de quatre
  • Les trois onsen !
  • L’accueil chaleureux et en anglais

On regrette…

  • Assez loin de lieux touristiques
  • Les repas traditionnels mais sans alternatives
  • Le coucher reste toujours aussi dur ^^
  • Quelques bestioles rencontrées
  • Le tarif n’est pas donné

Note globale : 17,5/20

 

image00071

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s